Timeline

Un article de Solarus wiki.
Jump to: navigation, search

ddSEbT http://www.FyLitCl7Pf7ojQdDUOLQOuaxTXbj5iNG.com

qoQBkm https://www.genericpharmacydrug.com

Sommaire

[modifier] La division de la ligne du temps

Commençons par expliquer ce point clé de cette timeline qui n’est pas forcément évident à comprendre.


À la fin d’Ocarina of Time, Link adulte enferme Ganon dans le Saint-Royaume avec l’aide des sages, après quoi Zelda le renvoie sept ans en arrière pour qu’il ait droit à une enfance et qu’il ne fasse pas l’erreur d’ouvrir l’accès au Saint-Royaume pour Ganon. Elle le renvoie précisément en un point temporel situé avant leur première rencontre, et donc en un point temporel où Ganon complote encore contre le roi dans le but de mettre la main sur l’ocarina du temps. En effet, une fois revenu à l’époque de son enfance, Link retrouve ensuite la princesse dans son jardin, alors qu’au moment où il avait arraché l’épée, elle s’était enfuie du château. De plus, si Link revenait au moment où son enfance s’était arrêtée dans le jeu plutôt qu’au moment de sa première rencontre avec Zelda, il n’y aurait plus d’ocarina du temps dans cette dimension, vu que c’est lui qui le portait à ce moment là et qu’il revient du futur sans, et cela poserait évidemment un gros problème pour Majora’s Mask. En revanche, au moment de sa rencontre avec Zelda, c’est bel et bien la princesse qui a avec elle le fameux instrument, donc tout va bien. De retour à ce moment de l’histoire, il est donc vraisemblable que Link va ainsi dévoiler au grand jour les plans de Ganon avant que ce dernier ne les exécute, en apportant comme preuve à son histoire le fragment de Triforce qu’il porte (voir plus bas). Ganon n’accèdera donc pas au Saint-Royaume et n’étendra pas son règne de terreur comme il l’a fait durant le jeu (la Zelda du futur veut corriger ses erreurs). En revenant dans le passé, Link a modifié ce passé ! Et qui modifie le passé modifie logiquement le futur ! Pourtant, le monde d’Hyrule que Link a libéré des sept ans de règne diabolique de Ganon existe toujours quelque part ! Les deux époques d’Ocarina of Time ne sont donc dès lors plus liées chronologiquement et l’on doit dorénavant parler de deux dimensions différentes (c’est ce qui arrive quand on modifie le passé, un peu comme les deux mondes du jeu Chrono Cross pour ceux qui connaissent). L’une de ces dimensions a connu sept ans de guerre contre le démon, l’autre non. A partir de ce point, l’histoire se poursuit dans deux directions différentes.


Pour bien saisir l’histoire de la dimension de Link enfant, il faut donc considérer les évènements d’Ocarina of Time comme une simple projection dans un possible avenir, rien d’autre. Dans cette histoire, ces évènements ne se sont jamais vraiment produits (sauf pour Link, bien sûr). On pourrait dire que le héros du temps s’est en quelque sorte projeté mentalement dans l’Hyrule du futur pour voir ce qui risquait d’arriver, avant d’empêcher que ce qu’il a pu voir ne se produise. Bien sûr, dans l’autre dimension en revanche, tout Ocarina of Time s’est vraiment produit et Link a sauvé le royaume d’un Ganondorf ayant mené son plan à bien..


Un petit point de détail supplémentaire est à noter toutefois concernant ce « passé modifié » : le fait que la Zelda du futur s'est assurée que cette dimension garde malgré tout une trace de la quête à travers le temps du héros, à savoir que la Triforce s’est répartie entre Link, Zelda et Ganon (elle n’est donc plus dans le Saint-Royaume !). On peut en effet voir que Link enfant, se tenant devant Zelda dans la dernière scène d’Ocarina of Time, a la marque de la Triforce du courage sur sa main. Dans cette dimension, les Triforces du courage et de la sagesse vont donc être transmises de génération en génération dans les familles respectives de Link et Zelda.

[modifier] Une histoire en deux temps

Focalisons à présent sur les deux gros morceaux de la légende qui apparaissent comme les prolongements de ces deux « branches » : The Wind Waker (TWW) et Twilight Princess (TP).


The Wind Waker a été le premier jeu Zelda (à l’exception de The Adventure of Link) à être explicitement lié à un autre sans pour autant être un « hors série ». En effet, il décrit de manière évidente la suite des évènements d’Ocarina of Time car le scénario du jeu s’appuie énormément sur « le légendaire héros du temps ». De plus, il respecte la répartition de la Triforce qui a eu lieu dans Ocarina of Time. Mais dans quelle dimension sommes-nous ? L’introduction du jeu parle du démon Ganon qui a jadis dérobé les pouvoirs des dieux et plongé Hyrule dans les ténèbres avant qu’un héros ayant traversé le temps n’intervienne. En toute logique, The Wind Waker se place donc dans la dimension ayant connue sept ans de ténèbres : celle de Link adulte. Le jeu précise également que la Triforce du courage de cette dimension, qui était portée par le héros du temps, s'est brisée en huit lorsque son porteur légitime a quitté Hyrule (cette dimension), et que le héros n’est ensuite jamais réapparu, même lorsque Ganon a quitté sa prison avant qu’Hyrule ne soit submergé par les flots. Ceci est parfaitement logique puisque le héros du temps ne pouvait pas rejoindre une époque qui n’était plus le futur de la sienne. En effet, lors du dernier face-à-face entre Link adulte et Zelda à la fin d’Ocarina of Time, la princesse précise bien qu’en renvoyant Link en arrière, elle lui fait ainsi sceller les portes du temps définitivement.


Vient ensuite Phantom Hourglass (PH), qui se place explicitement après The Wind Waker, puis Spirit Tracks (ST), qui raconte explicitement les premiers troubles survenus dans le nouveau royaume fondé par Tétra.


Twilight Princess, lui, en revanche, n’est pas lié à Ocarina of Time de manière aussi explicite que The Wind Waker, mais il l’est tout de même de manière assez évidente. Le village des sheikahs (le premier village Cocorico), le personnage d’Impa disant être la descendante de sa fondatrice, le voyage dans le passé dans le Temple du Temps… Les éléments faisant écho à Ocarina of Time sont nombreux. Qui plus est, la présence de l’épée dans la forêt, là où se trouvent les ruines de l’ancien Temple du Temps, constitue une très belle transition entre Ocarina of Time et A Link to the Past, lequel prendra place plus loin dans la chronologie. En fait, Twilight Princess vient se placer de manière pour ainsi dire parfaite comme suite d’Ocarina of Time dans la dimension de Link enfant (et donc après Majora’s Mask). En effet, il respecte lui aussi la répartition de la Triforce (qui, rappelons-le, a eu lieu dans les deux dimensions) et le jeu raconte que Ganon a jadis tenté d’accéder au Saint-Royaume mais a échoué et a été banni en conséquence dans le monde du Crépuscule, ce qui s’est donc logiquement produit juste après Ocarina of Time, après que le héros du temps ait dévoilé ses plans.


Il est donc bien important de comprendre que Twilight Princess ne peut pas logiquement venir s'intercaler entre Ocarina of Time et The Wind Waker ! Si c’était le cas, cela n’aurait aucun sens puisque Ganon n’est pas scellé par un quelconque héros du temps à la fin de Twilight Princess alors que The Wind Waker part justement de là et du fait que le dit héros demeure introuvable.


Nous avons donc pour l’instant :

          _ TWW - PH - ST
        /   
    OOT
        \ _ MM - TP

[modifier] Les autres grandes lignes de l’histoire

A présent, il reste à étudier l’ensemble des épisodes 2D de la série.


Commençons par focaliser sur les deux plus importants scénaristiquement parlant : Four Swords Adventures (FSA) et A Link to the Past (ALTTP), le premier étant bien évidemment précédé directement de Four Swords premier du nom (FS) d’après son prologue. Les deux Four Swords présentent le même Link.


Beaucoup peuvent penser qu’A Link to the Past se situerait lui aussi après Ocarina of Time (dans la dimension de Link adulte) car le background de l’épisode SNES est très proche de l’histoire du héros du temps : Ganon a jadis été enfermé dans le Saint-Royaume par sept sages et cherche maintenant à s’en échapper. Toutefois, notons que l’histoire de Four Swords Adventures est elle aussi très proche de cela car Ganon est là aussi scellé par sept sages à la fin. D’autre part, si l’on regarde A Link to the Past de plus près, il existe deux éléments importants dans cet épisode qui empêchent d’en faire vraiment une suite d’Ocarina of Time. Le premier est que Ganon possède les trois parties de la Triforce, ce qui est tout de même un aspect particulièrement important de l’histoire (Ganon a pu faire le vœu de transformer le Saint-Royaume en Mondes des Ténèbres) et qui ne s’accorde pas avec le scénario d’Ocarina of Time. Le second est que Ganon possède le fameux trident qu’il ne trouve pas avant Four Swords Adventures et qui force donc A Link to the Past à se situer après l’épopée de l’Epée de Quatre. (Et il y en aurait même un troisième qui est que nous avons déjà deux suites « parfaites » d’Ocarina of Time). Du fait du trident – point important du scénario dans Four Swords Adventures – il faudrait donc que ce soit à la fin des Four Swords que les sept sages scellent Ganon dans le Saint-Royaume alors qu’il possédait toute la Triforce. D’ailleurs, on peut de cette façon dire que le pouvoir du trident serait ce qui permet à Ganon de contrôler l’ensemble de la Triforce, car l’on sait d’après Ocarina of Time qu’il en est normalement incapable. Et qui plus est, il existe un argument supplémentaire allant dans le sens de cet enchaînement : le fait que l’histoire d’A Link to the Past insiste pas mal sur l’existence d’un ordre de chevaliers qui auraient donné leurs vies jadis pour aider à emprisonner Ganon. Car justement, Four Swords Adventures met en scène ces fameux chevaliers et les fait mourir !


Mais nous avons deux soucis : d’une part, Ganon n’est pas scellé dans le Saint-Royaume à la fin des Four Swords mais dans l’Epée de Quatre, et d’autre part, si l’on admet que Ganon possède toute la Triforce dans Four Swords Adventures pour qu’il l’ait toujours dans A Link to the Past qui viendrait directement après, il faut qu’elle ait été reconstituée avant. Or une telle reconstitution n’a lieu que dans un seul jeu : The Adventure of Link !


The Adventure of Link (TAOL), et The Legend of Zelda (LOZ) qui le précède explicitement, seraient donc tous deux à placer idéalement avant les Four Swords et A Link to the Past. Et ça tombe bien car dans Zelda 1, Ganon n’a pas encore le trident ! De plus, Zelda 1 respecte lui aussi la répartition de la Triforce. Il peut donc tout à fait se situer après Twilight Princess car cette répartition persiste à priori à la fin de cet épisode. Jusque là, ça colle ! A la fin de Zelda 1, Link a récupéré les morceaux de la force et de la sagesse. Ensuite, dans The Adventure of Link, il part chercher le morceau du courage (ce qui nous force à considérer que ce morceau aurait été caché par un membre de la famille royale en un temps postérieur à Twilight Princess si l’on suit cette idée) et reconstruit finalement la Triforce. La Triforce est donc (toujours dans cette optique) reconstituée pour la première fois depuis sa séparation dans Ocarina of Time, et elle retournerait dès lors dans le Saint-Royaume, puisque c’était là son lieu de repos originel, et que c’est également là que Ganon doit la voler par la suite d’après l’histoire d’A Link to the Past. D’autre part, notons également d’autres faits concernant notamment l’état du royaume d’Hyrule et le sang hylien dans ces divers jeux. Dans le manuel d’A Link to the Past ainsi que dans le discours de l’Arbre Mojo, il est évoqué que le rôle de la Triforce est d’ordonner la vie et les choses dans le monde d’Hyrule depuis sa cachette du Saint-Royaume. Or, à ce propos, les scénarios des jeux NES mettent en scène un Hyrule divisé en deux par la mer et proche de la ruine (et Impa précise d’ailleurs dans le manuel de The Adventure of Link qu’il n’en a pas toujours été ainsi), ce qui pourrait s’expliquer par le fait que la Triforce est restée divisée trop longtemps (depuis l’époque d’Ocarina of Time). Dans Four Swords Adventures et A Link to the Past en revanche, Hyrule a un aspect similaire à celui qu’il avait dans Ocarina of Time et Twilight Princess, ce qui serait dû à une restauration du royaume suite à une Triforce qui serait retournée dans le Saint-Royaume après The Adventure of Link. Toujours plus cohérant : dans A Link to the Past, les hyliens, le peuple élu des dieux, ont disparu. On pourrait donc expliquer cette extinction par l’absence sur Hyrule du pouvoir d’or protecteur de la Triforce durant les nombreux siècles séparant Ocarina of Time des épisodes NES ; absence qui aurait eu pour conséquence de faire s’éteindre progressivement le sang hylien. Pleinement présent sur le territoire à l’époque d’Ocarina of Time quand le Saint-Royaume demeurait encore inviolé, le sang hylien aurait déjà commencé à se « diluer » au temps de Twilight Princess (regardez bien leurs oreilles, certaines personnes ne sont pas hyliennes dans cet épisode !), se serait déjà nettement appauvri arrivé à l’époque des épisodes NES (les magiciens de The Adventure of Link en font logiquement encore partie toutefois), pour finalement cesser quasiment d’exister au temps d’A Link to the Past, à une époque où l’ancienne langue hylienne s’est totalement perdue et où Link, son oncle, les descendants des sages et la famille royale sont les derniers représentants de ce peuple d’autrefois.


Pour résumer, nous aurions donc la suite d’évènements suivante :

LOZ - TAOL - FS - FSA - ALTTP

Bien évidemment, nous plaçons cet ensemble après Twilight Princess et non pas après The Wind Waker puisque le royaume d’Hyrule dont il est question dans ces épisodes (celui où repose la Triforce) n’existe plus au terme du périple du héros du vent.


Récapitulons : après Twilight Princess, la famille royale, ne trouvant personne susceptible de restaurer la Triforce pour sauver le royaume qui tombe en ruines, cache le morceau du courage du héros et jette un sort sur Hyrule pour qu’un jour une marque apparaisse sur la main de l’élu qui pourra accomplir une telle tâche. Puis, plusieurs siècles après, sans la protection de la Triforce, Hyrule est pratiquement tombé en ruines, les hyliens s’éteignent, et finalement Ganon revient. Un nouveau Link apparaît alors et reconstitue la Triforce qu’il replace dans le Saint-Royaume pour restaurer Hyrule. Ensuite Ganon revient une nouvelle fois, s’empare du trident dans la pyramide des zunas, trouve la Triforce dans le Saint-Royaume, décime les chevaliers, puis est finalement scellé par les sept sages dans l’Epée de Quatre. Nous en sommes là. Il reste le souci de la fin de Four Swords Adventures qui scelle Ganon dans l’Epée de Quatre et non pas dans le Saint-Royaume : l’endroit où il se trouve pourtant prisonnier dans A Link to the Past. Mais n’oublions pas que nous considérons (sans que ce ne soit précisé dans le jeu !) que Ganon détient la Triforce pendant les évènements de Four Swords Adventures, autrement dit qu’il l’a volé dans le Saint-Royaume (de la même façon que le décrit l’histoire d’A Link to the Past) peu de temps avant le début de cet épisode, et qu’il a du même coup transformé le Saint-Royaume en Monde des Ténèbres à ce moment-là. On peut donc supposer qu’une fois Ganon scellé dans l’épée à la fin de la saga de l’Epée de Quatre, les sages finissent fatalement par constater l’influence maléfique du Monde des Ténèbres toujours ouvert sur Hyrule. Ils comprennent alors ce qui s’est passé et, convenant que le Monde des Ténèbres doit absolument être scellé lui aussi, décident alors d’y déplacer l’Epée de Quatre avant de sceller l’accès à cette terre devenue maudite, conformément là encore à l’histoire d’A Link to the Past. (Cette théorie donne d’ailleurs une petite raison d’être au palais de l’épée de quatre présent dans la version GBA d’A Link to the Past). Ainsi, Four Sword Adventures EST la fameuse « Guerre de l’Emprisonnement » dont il est question dans l’histoire d’A Link to the Past (et ce n’est pas Ocarina of Time !).


Je vous l’accorde, le plus gros « traficotage » a lieu ici car on donne à Four Swords Adventures tout un aspect supplémentaire qui n’est pas dit dans le jeu. Mais après tout : pourquoi pas ? Malgré tout, le jeu reste cohérent et son scénario demeure respecté, puisque dans l’histoire de Four Swords ainsi écrite, les faits rajoutés ne sont révélés aux héros qu’après la séquence de fin. Les sages, capturés dès le début de Four Swords Adventures, ne pouvaient bien évidemment pas s’apercevoir de la violation du Saint-Royaume avant d’être libérés dans le jeu. A la limite, seule Zelda a juste eu le temps d’avoir quelques doutes au tout début de l’épisode en voyant des nuages noirs obscurcir le ciel (nuages également décrits dans l’histoire du manuel d’A Link to the Past qui plus est !) avant de tomber dans le piège du Link noir. Quant à tous ceux qui, évoqués dans l’histoire d’A Link to the Past, ont disparu en marchant par cupidité vers le Saint-Royaume lorsque celui-ci s’est ouvert et qui ont ensuite rejoint l’armée de Ganon, c’est ainsi pendant l’épopée des quatre Links à travers le pays que cela s’est produit. De plus, avec cette théorie, nous avons tenu compte d’un maximum de faits et d’arguments : le trident, la Triforce, les chevaliers, les sept sages, l’état d’Hyrule et le sang hylien.


Cela dit, il reste encore à examiner un ou deux points scénaristiques importants mis en avant par Four Swords Adventures. Le premier est le Miroir Obscur dont il est question dans cet épisode dans la mesure où il fait grandement penser à celui de Twilight Princess. En effet, l’une des sages de Four Swords Adventures nous précise que le miroir de cet épisode a jadis été utilisé pour sceller une tribu aux pouvoirs sombres. Cela nous oblige donc à considérer qu’il s’agit bel et bien du même miroir (on perdrait en cohérence générale dans le cas contraire) et qu’il a donc été reconstruit depuis la fin de Twilight Princess où Midona l’avait détruit. C’est là encore un peu embêtant mais n’oublions pas que : d’une part, la Zelda de Twilight Princess considérait ce miroir comme important ; d’autre part, qu’il n’est de toute façon pas conservé dans le même lieu dans les deux jeux (dans la Tour du Jugement dans Twilight Princess et dans le temple de la forêt dans Four Swords Adventures). De plus, il pourrait très bien toujours s’agir du même miroir dans A Link to the Past, lequel vient juste après, dans la mesure où c’est ici un descendant des sept sages qui le remet à Link (un miroir ayant toujours été gardé par les sages et ayant la faculté d’ouvrir des portes entre les mondes…). L’autre élément à examiner est le « monde des ténèbres » dont il est question dans Four Swords Adventures. Dans un premier temps, il pourrait faire penser à celui d’A Link to the Past, mais si l’on se penche sur la question d’un peu plus près, il semble en fait plus proche du Crépuscule de Twilight Princess. D’abord parce que, dans le monde des ténèbres d’A Link to the Past, les gens qui s’y trouvent se transforment, et là non, car on y trouve plein de monde sous forme humaine dans le village de la jeune fille bleue (et rappelons que dans Twilight Princess, Link ne se transformait pas automatiquement dans le monde du Crépuscule). Ensuite parce que ce monde semble étroitement lié aux Links noirs, eux-mêmes liés au Miroir Obscur, et donc au Crépuscule. (Les Links noirs peuvent y entrer et en sortir d’un claquement de doigt.) Et finalement parce qu’il est décrit comme « le reflet sombre du monde d’Hyrule » (qui-plus-est qui existe à priori depuis longtemps) et non comme un lieu saint perverti. De plus, les sorcières bleues que l’on croise dans Four Swords Adventures pourraient quelque peu faire penser aux twilis, car dans le village de la jeune fille bleue, outre leur comportement un peu étrange, elles sont considérées comme des étrangères maniant la magie et ayant l’air d’en connaître un rayon sur ce monde sombre… Enfin, un tout dernier point reste à relever pour clore complètement l’étude de Four Swords Adventures : l’aspect de la carte du monde. Comme expliqué précédemment, nous avons ici un Hyrule à l’aspect très similaire à celui d’Ocarina of Time et Twilight Princess, mais aussi et surtout à celui d’A Link to the Past. On constate notamment que, depuis les premiers épisodes, le palais de l’est, le palais du désert et la tour d’Héra ont été construits. Et ces bâtiments, liés à l’ordre des chevaliers d’après l’histoire d’A Link to the Past, se retrouvent ensuite en toute logique dans l’épisode suivant et viennent donc renforcer l’enchaînement décrit.


Nous en sommes donc à :

          _ TWW - PH - ST
        /   
    OOT
        \ _ MM - TP - LOZ - TAOL - FS - FSA - ALTTP

[modifier] Le reste de la légende : le début et la fin

Il ne reste que 4 jeux à placer.


Commençons par étudier The Minish Cap (TMC), vu qu’il est indissociable des Four Swords que nous avons déjà placé. En effet, Four Swords mettait en scène Vaati et l’Epée de Quatre dont les origines sont justement racontées dans The Minish Cap, donc cet épisode se place forcément avant les Four Swords. Notons que The Minish Cap est totalement « déconnecté » de tous les épisodes autres que les Four Swords dans la mesure où il ne parle ni de Ganon, ni de la Triforce. On pourrait donc, dans l’absolu, le placer n’importe où avant les Four Swords, mais ce n’est pas si simple que ça… Dire que The Minish Cap n’a aucun lien avec les autres épisodes n’est en réalité pas tout à fait exact, car il met en avant au moins deux points de scénario importants qui concernent l’ensemble des autres jeux de la série. Le premier est qu’il explique l’origine des pouvoirs spéciaux de la famille royale d’Hyrule (pouvoirs qui seront notamment ré-évoqués clairement par les fantômes des frères musiciens de Cocorico dès Ocarina of Time), à savoir la Force des minishs, et le second est le fait que Link reçoive un bonnet vert de la part d’Exelo à la fin du jeu, ce qui marquerait le début de la tradition du bonnet vert du héros. En effet, Link n’a pas de bonnet au début de ce jeu, et il en va d’ailleurs de même pour son ancêtre présenté dans l’intro. Ce n’est qu’en se retrouvant par la suite coiffé d’Exelo, puis finalement par Exelo, que le bonnet deviendrait le symbole du héros (un symbole d’origine minish que l’on pourrait imaginer être adopté plus tard par le peuple des kokiris, lesquels sont logiquement capables de voir les fameux êtres miniatures vivant dans la forêt de par leur nature d’enfants). De plus, le jeu donne également une explication à la présence de rubis et de cœurs sous les buissons d’Hyrule : les minishs. Mais ce sont principalement ces deux premiers points, ainsi que le fait qu’il ne soit pas question de Ganon et de la Triforce dans cet épisode, qui tendent à le placer en toute première place, avant même Ocarina of Time. Si Ocarina of Time introduisait un Hyrule en pleine maturité et subissant ses premiers troubles majeurs, The Minish Cap joue quelque peu le rôle de prologue de l’histoire, mettant en scène un Hyrule tout jeunot et peu étendu et racontant les origines du héros au bonnet vert et de la princesse aux pouvoirs de lumière. Les dernières lignes de script de la séquence de fin vont d'ailleurs très fortement dans ce sens.


Cela nous donne :

                      _ TWW - PH - ST
                    /   
          TMC - OOT
                    \ _ MM - TP - LOZ - TAOL - FS - FSA - ALTTP


A présent, il ne reste plus qu’à étudier les cas des deux « Oracles » et de Link’s Awakening.


Link’s Awakening (LA) est, de tous les épisodes de la saga, le plus déconnecté du reste des épisodes, à tel point qu’il pourrait, dans l’absolu, trouver sa place à plusieurs endroits. Cependant, on peut remarquer que la séquence de fin de l’enchaînement des deux Oracles montre Link partant sur les mers dans une embarcation fort similaire à celle que l’on peut voir dans l’introduction de Link’s Awakening. Le visionnage consécutif de la fin de la saga des Oracles et de la séquence d’intro de Link’s Awakening fait ainsi paraître l’enchaînement des deux comme particulièrement solide. La dernière image des Oracles et la première image de Link’s Awakening sont pour ainsi dire les mêmes ; la succession des épisodes paraît ainsi directe à quelques jours près, voire quelques heures ! Nous retiendrons donc cet enchaînement, même si Link’s Awakening peut également se placer à d’autres endroits… Cet épisode n’a pas réellement d’emplacement imposé, mais il fait en même temps une si belle fin… (nous y reviendrons)


Pour ce qui est d’Oracle of Seasons et d’Oracle of Ages (OOS/OOA), il convient de remarquer tout de suite l’élément scénaristique principal et le seul (avec Ganon et la présence d’une Triforce unifiée au début) vraiment important : la présence de Twinrova. Jusqu’ici, seul Ocarina of Time avait mis en scène le duo maléfique des sorcières gérudos, et le héros du temps l’avait justement éliminé. Toutefois, la bataille entre Twinrova et le héros du temps n’a pris place que dans la dimension de Link adulte, et par conséquent il n’y aucun problème à placer les Oracles dans la dimension de Link enfant où Twinrova a toujours subsisté ! Notons ensuite au sujet de cet épisode que Twinrova cherche à ressusciter Ganon, qui est donc mort quand le jeu commence. Ressuscité, il possède le trident ; nous sommes donc après Four Swords et A Link to the Past. De plus, la Triforce n’est pas répartie entre différents possesseurs et ses trois parties logent dans le château d’Hyrule (les manuels confirment bien qu’il s’agit du château). On peut donc en toute logique, et sans aucun problème, placer cet épisode double après A Link to the Past, à la fin duquel Link avait tué un Ganon possédant le trident et récupéré les trois parties de la Triforce.

[modifier] Conclusion

Nous avons donc pour finir :

                      _ TWW - PH - ST
                    /   
          TMC - OOT
                    \ _ MM - TP - LOZ - TAOL - FS - FSA - ALTTP - OOS/OOA - LA


Il convient également de noter, comme vous avez pu le comprendre, qu’il ne s’agit bien évidemment pas du même Link et de la même Zelda dans tous les jeux (ni même de la même Impa) ! Il s’agit d’ailleurs d’un fait aujourd’hui reconnu que tous les jeux Zelda depuis The Wind Waker ont clairement fait réaliser à tout le monde, puisqu’en effet il y a parfois plusieurs centaines d’années entre les différents épisodes. En fait, avec cette timeline, on peut compter jusqu’à présent pas moins de 8 Link, 9 Zelda et 4 Impa sur tout le cours de cette saga se découpant en plusieurs ères.


Pour la branche principale de l’histoire:

- 1ère ère : The Minish Cap (Link 1 et Zelda 1)

- 2e ère : Ocarina of Time et Majora’s Mask (Link 2, Zelda 2 et Impa 1)

- 3e ère : Twilight Princess (Link 3, Zelda 3 et Impa 2)

- 4e ère : The Legend of Zelda et The Adventure of Link (Link 4, Zelda 4 et Impa 3)

- 5e ère : les Four Swords (Link 5 et Zelda 5)

- 6e ère : A Link to the Past, les Oracles et Link’s Awakening (Link 6, Zelda 6 et Impa 4)


Une petite précision au sujet de la 4e ère de la branche principale : Zelda 4 n’apparaît que dans The Legend of Zelda. Celle qui est présente dans The Adventure of Link et qui dort est antérieure encore à Zelda 1. C’est en quelque sorte la Zelda 0 : celle qui a donné son nom à toutes les autres princesses de l’histoire d’Hyrule. Il convient donc de noter ici qu’il nous a fallu légèrement déroger aux dires de l’histoire de The Adventure of Link dans cette timeline. Ocarina of Time oblige, cette Zelda 0 a été victime du sortilège l’ayant endormie en un temps où la Triforce entière reposait encore dans le Saint-Royaume, et non en un temps où elle était entre les mains de son père le roi. Ce roi n’a donc pas pu cacher le morceau du courage avant le drame ni en donner un autre morceau à son fils héritier avant de mourir. Nous supposons donc que ce dernier recherchait simplement l’accès au Saint-Royaume dont feu son père l’ancien roi connaissait les secrets. La Triforce du courage que Link part chercher dans The Adventure of Link n’a été cachée qu’après les évènements de Twilight Princess.


Pour la branche alternative:

- 1ère ère : The Minish Cap (Link 1 et Zelda 1)

- 2e ère : Ocarina of Time (Link 2, Zelda 2 et Impa 1)

- 3e ère : The Wind Waker et Phantom Hourglass (Link 3* et Zelda 3* (Tétra))

- 4e ère : Spirit Tracks (Link 4* et Zelda 4*) – qui explicitement ne se déroule qu’une centaine d’années après l’ère précédente (le personnage de Nico, centenaire, est d’ailleurs toujours là !)


Signalons qu’à tous ces personnages viennent s’en rajouter encore d’autres que nous n’avons pas comptés : ceux décrits dans le prologue de The Minish Cap et dont les noms sont tus (mais la princesse s’appelait forcément Zelda elle aussi si Zelda 0 a vécu avant elle).


Je conclurai par un dernier point concernant Twinrova, bien que ce soit quelque peu un point de vue personnel. Lorsque l’on interroge Navi à leur sujet dans Ocarina of Time (avant leur fusion), la petite fée nous précise que les sorcières gérudos sont les « mères spirituelles de Ganondorf », ce qui selon moi pourrait vouloir dire que c’est grâce à elles qu’un gérudo mâle naît dans la tribu tous les cents ans. Twinrova pourrait donc être vue comme la cause des divers retours à la vie de Ganon dans la chronologie, et sa mort marquerait donc la fin des troubles d’Hyrule (un peu comme si on découvrait à la fin de l’histoire que le vrai méchant n’était pas celui que l’on pensait). Ma fiction est la suivante : Twinrova voulait étendre sa domination sur le monde mais n’en avait pas les capacités. Il lui fallait un esprit fort, tant sur le plan physique que spirituel. Un esprit capable aussi bien de combattre et d’utiliser la magie, de commander et de diriger. Pour arriver à ses fins, elle a initié le cycle de la naissance du gérudo mâle : un élu qui hériterait d’une partie de ses propres pouvoirs, et de tous les gérudos mâles à travers les siècles, Ganondorf s’est révélé être le plus puissant et le plus prometteur. Une fois Ganondorf venu au monde, Twinrova s’est donc placée plus ou moins sous sa coupe, se désintéressant de ses successeurs et prédécesseurs moins puissants, et tentant par la suite de ressusciter son champion de nombreuses fois. La mort de Twinrova dans les Oracles fait ainsi une excellente fin, épiloguée magistralement par l’ode au rêve qu’est Link’s Awakening. Un rêve de voyages et d’aventures, de trésors et de magie, de créatures merveilleuses et de monstres… Un rêve qui pourrait concerner la Légende de Zelda tout entière, « mais le rêve a forcément une fin, c’est le destin ! » (le Poisson-Rêve)


dernière édition  : 20/08/10

[modifier] Remerciements

Merci à leroiducouscous pour toutes ces informations

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
Boîte à outils